Technologie de réensemencement d'herbages graminacées comme moyen de réhabilitation des terres dégradées et d'amélioration des moyens de subsistance des communautés agro-pastorales dans la région semi-aride du Kenya

Citation:
Mganga KZ, Musimba NKR, Nyangito MM, Nyariki DM, Francis J, Ekaya WN, Muiru WM, Clavel D, Verhagen J. "Technologie de réensemencement d'herbages graminacées comme moyen de réhabilitation des terres dégradées et d'amélioration des moyens de subsistance des communautés agro-pastorales dans la région semi-aride du Kenya."; 2011.

Abstract:

La dégradation du sol constitue un problème majeur dans les zones semi-arides d'Afrique subsaharienne. La lutte contre cette dégradation du sol est capitale pour garantir une productivité durable et à long terme des terres semi-arides habitées. Le Cenchrus ciliaris (vulpin des prés africains), l'Enteropogon macrostachyus (seigle sauvage) et l'Eragrostis superba (Eragrostis Maasai) sont d'importantes graminées vivaces dans les zones semi-arides d'Afrique de l'Est. Une étude a été faite pour évaluer la contribution de ces herbages graminacées indigènes à l'amélioration des propriétés hydrologiques du sol, la réhabilitation, la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance des communautés agro-pastorales dans les districts semi-arides du Kenya. Les propriétés hydrologiques du sol ont été testées à l'aide d'un simulateur Kamphorst, à diverses hauteurs de chaume, pour donner une image de trois différentes intensités de pâturage (faible, moyenne, élevée). L'estimation de la couverture végétale s'est faite à l'aide de la méthode d'échantillonnage step-point. Une étude a également été réalisée dans 50 ménages agro-pastoraux pour évaluer les avantages multidimensionnels des herbages graminacées. La production de sédiments (comme fonction d'écoulement et capacité d'infiltration) était considérablement différente (P<0,05) à diverses hauteurs de chaume. Les estimations de la couverture végétale des herbages graminacées étaient également considérablement différentes (P<0,05). Le Cenchrus ciliaris avait le plus grand impact en matière d'amélioration des propriétés hydrologiques. L'Enteropogon macrostachyus et l'E. superba se classaient respectivement en deuxième et troisième positions. L'Enteropogon macrostachyus avait la plus grande couverture. Le Cenchrus ciliaris et l'E. superba se classaient respectivement en deuxième et troisième positions. Ces résultats étaient dus à la croissance et aux caractères morphologiques des herbages graminacées. En général, une augmentation de la hauteur de chaume augmente la capacité d'infiltration et réduit l'écoulement et la formation de sédiments. Les résultats de l'enquête réalisée auprès des ménages révèlent que les herbages graminacées constituent une source de revenus par le biais de la vente de foin, de graines de graminacées et de lait, ce qui participe également d'un régime équilibré. Les herbages graminacées constituent également une source bon marché de matériel pour la confection de toitures de chaume et d'aliments pour le bétail. (Résumé d'auteur)

Website

UoN Websites Search